Photovoltaïque

UN PYRANOMETRE POUR EVALUER LE POTENTIEL PHOTOVOLTAIQUE DU SITE DE L'ECO-ZONE !

DSC_0520.jpg

Cette nouvelle réalisation est le fruit d'un partenariat avec l'association Climat Energie Environnement (CEE) qui, depuis 1990,  étudie le climat, l'énergie et l'environnement et leurs interactions. L'association a ainsi abordé les sujets suivants :

* La climatologie des trombes

* L'impact des centrales éoliennes sur l'immobilier

* L'étude des données sur le climat de notre région

CEE a mis en place une station météorologique sur le site de l'Eco-Zone Littoral dans le cadre d'un projet d'étude soutenu par l'ADEME et la Région Nord Pas-de-Calais. Cette station météo est équipée d'un pyranomètre qui permettra de recueillir des données sur l'ensoleillement dont bénéficie le littoral dunkerquois. Elle permettra donc aussi d'évaluer le gisement photovoltaïque du site de l'Eco-Zone en prévision du projet de centrale photovoltaïque.

LE SOLEIL BRILLE SUR L'ECO-ZONE

Les fondateurs de l’association Bâtisseurs d’Economie Solidaire sont des victimes de l’amiante. Remplacer une toiture Eternit, donc amiantée, par des cellules photovoltaïques est symbolique. La centrale photovoltaïque est donc le cœur du projet de l’Éco-Zone. Il était possible au départ d’envisager une installation photovoltaïque d’une puissance de 234 kWc. La puissance de 1 kilo Watt crète permet de produire 962 kWh) sur la partie orientée SUD des toitures existantes.

Le détricotage du « Grenelle de l’Environnement » a abouti à la mise en place d'un moratoire gouvernemental sur le photovoltaïque d'octobre 2010 et à janvier 2011. Un nouveau décret est sorti qui limite à 100 kWc la puissance des installations photovoltaïques et réduit progressivement le tarif de rachat de l’électricité produite. Nous alors décidé de recentrer le projet sur une centrale d’une puissance maximum de 100 kWc. Au moins 4 entreprises régionales (dont 3 implantées sur le dunkerquois) ont déjà proposé des devis.

LE PHOTOVOLTAÏQUE : DE BECQUEREL AU MANIFESTE NEGAWATT

 

C'est à Antoine-César Becquerel (1788 - 1878) que nous devons la première observation d'une réaction photovoltaïque. Cette découverte remonte à 1839, soit presque 2 siècles. Ce savant, polytechnicien, avait auparavant déjà émis l'idée de piles à courant constant dans le cadre de ses recherches en électrochimie.

 

L'utilisation intensive de l'énergie photovoltaïque a véritablement débuté après la seconde guerre mondiale, au moment du début de la conquète spatiale. L'enjeu était alors de trouver le moyen de garantir le bon fonctionnement de satellites prévus pour tourner en orbite terrestre pendant des dizaines d'années. Le tout premier satellite utilisant l'énergie solaire a avoir été envoyé dans l'espace a été Vanguard 1 qui était lui-même le 2ème satellite artifiviel mis en orbite par les Etats-Unis. Il a été lancé en 1958 et a arrêté d'emettre en 1964.

En quelques années, l'énergie photovoltaïque est devenue une véritable filière industrielle. Elle a subi les vicissitudes de la réduction, parfois brutale des aides gouvernementales, mais aussi d'un marché mondial sur lequel la compétition est féroce. Si l'énergie photovoltaïque a pu entretenir l'illusion que l'énergie pouvait être une ressource infinie, il reste que les ressources naturelles de notre planète, elles ne sont pas infinies. Certaines voix s'élèvent pour nous faire prendre conscience de cette réalité. C'est le cas de l'association Negawatt qui a publié un manifeste afin de promouvoir une transition écologique basée sur 3 piliers : la sobriété, l'efficacité et les énergies renouvelables.

 

Néanmoins, le premier à avoir pensé à utiliser cette énergie est Charles Fritts. Ce dernier, en 1889, fabriqua les premières photopiles au sélénium (avec un rendement de l'ordre de 1%). A partir de 1941, ce matériau sera remplacé, grâce à l'ingénieur américain Russel Ohl, par le silicium (avec un rendement à 5%)

 

Depuis le début des années 2000, le développement d'installations photovoltaïques a connu un essor très important, tout particulièrement à partir de 2006. Aidé par la prise de conscience de la nécessité d'utiliser davantage d'énergies renouvelables pour limiter les effets du réchauffement climatique, mais aussi par des incitations gouvernementales, le parc photovoltaïque est passé en 10 ans, de 1998 à 2008, de moins de 1000 MW à plus de 14700 MW (source Alternatives Economiques).

 

logo_1
  • logo_1
  • logo_2
  • logo_3
  • logo_4
  • logo_5
  • logo_6
  • logo_7
  • logo_8
  • logo_9
  • logo_10